Théâtre Roublot
Le Pilier des Anges

Votre annonce ici


il y a 3288 spectacles
dans la base de données
> accueil > agenda > fiche spectacle
Accès affiliés >


©
Marionnettes

A partir de: Tout public
1h
 

Faite de guindes et de tissus, la scénographie évolue tout au long de la pièce et finit par ne faire plus qu'un avec le corps de la marionnette.



Sur la scène, d’un enchevêtrement de corde émerge la marionnette Peau d'Âne. Les conteurs se défont de pans de tissus, et en les assemblant forment le fantôme de sa mère mourante.
Aux guindes suspendues qui jusque-là dessinaient un espace de jeu, devenu pour un temps le palais du Roi, sont accrochés les pans de tissus, esquissant la surface d’une paroi, telle une matrice.
Ou plutôt un écran : celui qui cache la princesse au reste du monde, mais aussi sur lequel se projettent tous les fantasmes et les hallucinations liés à cet enfermement. Dans sa caverne platonicienne, Peau d'Âne n'a désormais accès aux autres et au monde extérieur que par leurs ombres projetées sur ces tissus.
Les guindes qui jonchaient le sol se tendent et entravent le chemin de la marionnette lorsque la princesse revêt la peau de l'animal. Mais de leur mise en tension naît un logis tout aussi précaire que rassurant. Peau d’Âne, bien cachée par les pans de tissus, peut sortir la cassette magique que lui a offerte sa marraine-fée, contenant les robes couleur du temps, de la lune et du soleil. C'est de là aussi qu'elle aperçoit le prince et qu'elle confectionne la galette qu'elle lui destine.

Enfin, lorsque Peau d'Âne sort de son cloaque pour essayer l'anneau qu'elle avait fait tomber dans le gâteau, les cordes se resserrent à la taille de la marionnette ; les guindes suspendues jusqu'alors se détachent, les tissus se déploient pour devenir sa robe de mariée au moment où elle est prête à sceller l'alliance avec le prince et à renouveler l'amour filial de son père.


 
< Revenir à la liste