Théâtre Roublot
Le Pilier des Anges

Votre annonce ici


il y a 3288 spectacles
dans la base de données
> accueil > le magazine
Accès affiliés >

Tous les enfants peuvent y arriver

Michèle Nguyen, lauréate du Molière Jeune-Public 2011 from François Fogel on Vimeo.

Michèle Nguyen, Molière jeune-public 2011

Vy / vie, l'assonnance n'est pas innocente. Comme l'affrontement de Saint Georges et du dragon, rejoué tous les printemps sur la Grand Place de la ville de Mons, elle évoque le combat victorieux de la lumière contre les ténèbres, la possibilité de l'avenir. On dit que celui qui saura se saisir d'un crin, au bout de la queue du dragon, connaîtra la chance : promesse de fertilité. Petite, comme le raconte son personnage, Michèle Nguyen assistait, éblouie, au spectacle, faisant son miel, comblant de musiques, de couleurs, de mouvements, les béances d'une enfance au rebut.

Car "Vy" est un spectacle sur la résilience, joyeux, "libérateur". Seule sur scène, avec sa marionnette "prolongement d'elle-même", Michèle Nguyen dresse avec une impitoyable lucidité, le portrait de la grand-mère terrible, raciste, inapte à l'expression de la moindre tendresse, à laquelle, avec ses frères et soeurs, elle fut confiée, à sept ans. Mais elle raconte, aussi, ses actes de sourde résistance, parfois drôlatiques, et, surtout, sa découverte progressive, fondamentale, de la beauté et de l'échange. Surgissent alors la figure salvatrice de la voisine arabe, et d'Ismael, garçon plus âgé, lettré, objet d'une admiration tendre et passionnée. Ces rencontres forment le début d'un chemin. Parfaitemement écrite, la pièce bénéficie d'une mise en scène toute en nuances, par petites touches, qui mettent en valeur toutes les subtilités de l'interprête.

Le 17 avril 2011, Michèle Nguyen a surgit sur la scène des Molière, s'est emparée de sa récompense, et a adressé ses remerciements avec une élégance tranchante, insuflant, "pour que la poésie, l'imagination et le rêve ne disparaissent pas du monde des enfants", un peu de vie dans une cérémonie aussi morose que d'habitude.