Théâtre Roublot
Le Pilier des Anges

Votre annonce ici


il y a 3288 spectacles
dans la base de données
> accueil > le magazine
Accès affiliés >

couv
Le petit spectateur
Editions TJP, collection Enjeux
Prix: 5 €

lili

Ouvrez ce petit livre de 64 pages (les auteurs ont "oublié" de mettre les numéros des pages, mais la couverture se déplie et on peut s'en servir comme marque-page: c'est pratique). Il est imprimé sur du joli papier, solide, et qui sent bon. Toutes les pages sont illustrées. Voici Lili, c'est votre guide. Cette petite fille a bien des choses à raconter sur le monde du théâtre.

Quand elle a voulu emener sa mère au spectacle, il a fallu tout lui apprendre: la pauvre n'y connaissait rien. Par exemple qu'il vaut mieux faire pipi avant d'entrer dans la salle. Après, c'est trop tard. Ou bien qu'on n'est pas tenu(e) de confier ses impressions à ses voisins pendant la pièce. Ou encore: il est normal de se sentir un peu ému, voire agité, au moment ou les lumières s'éteignent: on entre dans une autre dimension.

Ces usages peuvent sembler élémentaires ou banals à ceux qui les maîtrisent. Mais, pour les auteurs du "Petit spectateur" leur connaissance est une clé, qui ouvre à celui qui l'acquiert la possibilité de comprendre, et d'aimer, le théâtre. Comme tout comportement social, ils peuvent faire l'objet d'un apprentissage. C'est ce qui arrive à la maman de Lili, grâce aux conseils de sa fille, durant sa première représentation. Pour aller plus loin dans l'exploration du lieu, des personnes et des concepts qu'on y rencontre, la seconde partie du livre présente en images les différents métiers et espaces de la scène. Elle est accompagnée d'un lexique.

L'idée que l'acquisition d'un certain "savoir-vivre ensemble" est à même de libérer la curiosité et le désir d'aller au théâtre, la précision et le choix des informations proposées suffiraient à faire du Petit Spectateur un excellent support pedagogique. Mais il faut ajouter que, grâce aux illustrations d'Anne-Sophie Tschiegg et à une conception graphique remarquable, la lecture du livre offre une premiere expérience malicieuse et séduisante de ce qu'est un spectacle. Il y a du vécu dans "Le petit spectateur", et c'est cela, sans aucun doute, qui rend possible toute démarche de sensibilisation.

Illustrations de Anne-Sophie Tschiegg
(Cliquez sur les vignettes pour les agrandir dans une nouvelle fenêtre)

 

Au théâtre, on voit ce qui se passe sur la scène (dans le meilleur des cas), mais pas forcément ce qu'il y a derrière. Le travail des services des relations avec le public est, en général, méconnu... du public.

L'histoire du "Petit spectateur" est, à ce titre, exemplaire de ce qu'une utilisation bien comprise de l'environnement intellectuel et artistique d'un Centre Dramatique National (*) peut permettre.

Le Petit spectateur est né d'une question posée par les trois responsables des relations avec le public du Théâtre Jeune Public de Strasbourg: "Que peut-on faire pour améliorer l'accueil d'enfants qui ne connaissent pas le spectacle vivant, ni ses codes?"
"Ce qui était visé, en premier lieu, c'était le comportement à adopter au théâtre", selon Delphine Verger, l'une d'entre elles. "Il s'agissait, d'autre part, de leur montrer comment une création voit le jour, et de les mettre au contact des différents métiers du spectacle et de son vocabulaire. Ces connaissances sont étudiées en classe avec le livre comme support, puis replacées dans leur contexte lors des visites au théâtre."

La conception du livre a été menée en interne. "Il a été élaboré à partir de nos réflexions et de l'expérience acquise dans les ateliers en milieu scolaire que nous organisions depuis des années". De même, l'implication à long terme de la graphiste Anne-Sophie Tschiegg, qui produit régulièrement les affiches et programmes du TJP n,'est pas étrangère à la qualité de l'ouvrage et à la cohérence de son propos.

Bien que largement distribué auprès des familles abonnées au TJP, "Le petit spectateur" n'est volontairement pas centré sur ce lieu. "Une fois que le spectacle est passé, le livre peut être réutilisé dans un autre contexte, et on en est ravies." Il a, d'ailleurs, été adopté par d'autres maisons comme support de leurs actions en direction du jeune-public: "L'Opéra de Paris nous a passé une commande importante".

Dans ce paysage presque idéal, la question financière n'a, cependant, pas été mise au premier plan. "C'est vrai, reconnait Delphine Verger, que l'on a un peu mis la charue avant les boeufs. On a présenté le projet à notre direction, qui nous a dit "Allez-y". Les libraires sont invités à commander directement auprès du théâtre, et le livre est d'abord présent auprès des bibliothèques et des librairies théâtrales de Strasbourg et de la région, puis dans un réseau qui s'élargit, sans toutefois atteindre, par exemple, le catalogue de la FNAC (mais il est disponible sur amazon.fr). "On n'est pas rentrés dans nos frais: 5€ l'exemplaire, ce n'est pas suffisant. Mais, estime t'elle, cela fait partie de notre mission de service public d'élaborer ce genre d'outils, et, d'autre part, ce n'est pas un produit périssable. Maintenant qu'il existe, il peut servir pendant dix ans ou plus. Par ailleurs, nous avons aujourd'hui quatre livres, en tout: on devient plus pros."

Le livre est paru en 2003, mais la réflexion engagée autour de l'accueil des jeunes spectateurs au TJP ne s'est pas arrêtée depuis lors. Ainsi, pour la saison qui 2007-2008, l'une des deux salles a-t'elle été redécorée "pour en faire un lieu hors du commun", et les enfants sont accueillis par une équipe revêtue de costumes spécialement conçus par une costumière de l'Opéra du Rhin. "Souvent, selon Cécile Flieg, responsable de la communication, les enfants arrivent dans la précipitation et le stress: ils n'ont pas le temps de souffler avant de pénétrer dans la salle. Aussi, avons-nous pensé que la rupture, la surprise provoquée par ces aménagements serait à même de favoriser leur disponiblité, et l'ouverture de leur imaginaire."

* Voir ce terme dans Wikipedia >

 

 
Dossier réalisé par François Fogel