Contact : Compagnie
32 rue du Javelot
75013 Paris France
Tel : 01 43 68 79 98
Email : theatredupetitpont@mac.com >

Le site officiel : Cliquez ici >
Chargé/e de diffusion : Valérie Morin
tel :01 43 68 79 98
Email : theatredupetitpont@mac.com
Type de lieux pour ce spectacle: Structures culturelles et festivals

A travers un voyage initiatique à la quête du Diable, une fillette court tout autour du monde et découvre la violence des hommes. Guidée par un corbeau bavard plus bête que méchant, elle rencontre un soldat, une institutrice, une infirmière, une comédienne, un savant… L’enfant est ainsi confrontée à des exemples d’histoires humaines pathétiques,  terrifiantes ou cruellement drôles.

L’Enfant, une petite fille, regarde la télévision. Son petit frère gazouille à côté. Il se met à pleurer et gêne l’Enfant. Alors sans réfléchir, elle le frappe  brutalement... Stupeur!!
Il faut fuir, courir, se sauver.
Son copain lui crie d’aller trouver le diable : « Il pourra sans doute faire quelque chose!! »
Commence pour l’Enfant une longue course à travers le monde et ses enfers à la recherche du diable. Projetée de victimes en bourreaux, elle découvre  des personnages tantôt détruits, tantôt dingues... Elle croise aussi des personnages  bienveillants  (l’Infirmière,  l’Institutrice)  qui  lui  parlent  de  leur combat pour transformer le monde...
Guidée  par  un  corbeau  stupide,  l’Enfant  trouvera  t-elle  une  issue  à  son  cauchemar ?

Les enfants doivent-ils être sensibilisés au monde dans lequel ils vont grandir ?
Comment leur parler de la brutalité des hommes ?
Comment traiter d"un sujet comme la violence sans mettre en scène la violence ?
Ce sont ces questions qui ont inspiré le spectacle que nous proposons aujourd'hui.

Un enfant est, très jeune, confronté à sa brutalité et à celle de l'autre. Et les images télévisées ou cinématographiques qu'il reçoit, sans pouvoir les analyser, agissent forcément sur son esprit, comme une menace confuse, lointaine mais bien réelle.

En nous inspirant de Candide de Voltaire, nous avons opté pour la forme du conte philosophique. Avec les moyens du théâtre, avec sa forme factice et ses mots, nous voulons parler des hommes, et amener les spectateurs à réfléchir sur les pulsions violentes et la violence collective érigée en système. L'histoire que nous racontons au travers du héros et de son cauchemar est celle de cette prise de conscience.