Contact : Anne Stosser
12 avenue de Verdun
92120 Montrouge France
Tel : 06983368640
Email : contact@globetrottoirs.com >

Le site officiel : Cliquez ici >
Type de lieux pour ce spectacle: Structures culturelles et festivals | Ecoles et centres de loisirs | Bilbiothèques

Une vieille sorcière usée mais encore vindicative et un ogre famélique et atteint de la maladie d’Alzheimer se retrouvent à la retraite, enfermés dans un asile. Fatigués des ateliers de danse classique ou africaine et de l’inhumanité avec laquelle ils sont traités, les deux créatures décident de s’évader pour terroriser une dernière fois les braves gens.
Après quelques péripéties, ils réussissent à s’envoler sur le vieux balai magique de la sorcière et jettent leur dévolu sur une petite maison où réside, pour les vacances, une petite fille nommée Nina.
Chez « la Tante Pissenlit », que Nina surnomme ainsi à cause de sa soupe et de son « poireau » sur le menton, Nina s’ennuie et n’a que sa peluche et son imagination pour se distraire. Elle rêve tant qu’elle finit par se persuader que sa tante est un monstre. L’ennui fait place à la peurqui s’accroît encore lorsque la tante confisque la peluche de Nina.
L’ogre et la sorcière surgissent dans la maison pour terroriser Nina, qui, malheureusement pour eux, n’a peur que de sa tante. Les deux « créatures » vont alors aider la petite fille à récupérer sa peluche et auront le plaisir de faire peur une dernière fois à la Tante Pissenlit avant de regagner le paradis du monde des contes.

 

                                          

Que l’on soit adulte ou enfant, le texte de Nathalie peut être lu à plusieurs niveaux. Et c’est cette multiplicité que nous avons voulu conserver dans la mise en scène de sa pièce. Nous souhaitons que chacun soit confronté aux multiples questions que pose Nathalie sans apporter de vérité particulière mais en donnant à chacun la possibilité de trouver ses réponses en toute autonomie. Comme à son habitude, Nathalie traite avec sourire et générosité de thèmes importants : la peur, l’amour, le sens de l’existence, la mémoire et le rapport des hommes au temps.

La confrontation d’un monde magique avec le monde réel permet de dédramatiser les thèmes abordés et de laisser au public le plaisir de partir en voyage dans une histoire digne des contes traditionnels .Pour donner corps à ce voyage dans lepassé et dans la mémoire, nous avons puisé dans nos propres souvenirs d’enfance.

Nous avons décidé de créer un décor chargé de souvenirs pour la maison de la Tante Pissenlit qui semble elle-même sortir d’une carte postale Yvon de la fin des années 70. Les deux créatures sont, elles aussi, des échos de notre enfance. Leurs costumes noirs et gris qui se détachent sur le fond blanc d’un écran de fortune nous rappellent les films muets des années 30 avec leurs acteurs grimaçants qui nous faisaient tant rire - quand ils ne nous faisaient pas peur.

La peur justement, il fallait jouer avec elle. Et pour cela, quoi de mieux que les ombres chinoises de nos deux « monstres » qui sautillent au gré de leurs « activités de reconversion » et trahissent bien leur crainte d’être devenus à tout jamais inutiles. Dans nos souvenirs, la peur naissait de l’ombre bien sûr mais aussi de l’inconnu et nous avons pris beaucoup de plaisir à jouer aux fantômes avec des draps blancs, à cache-cache avec les portes du décor, avec les bruits et les voix qui surgissent tantôt à cour, tantôt à jardin pour effrayer Nina ou lui permettre de rêver avec sa peluche qu’elle aime tant. Au milieu de tant de peur, il faut beaucoup d’amour pour tenir ou s’enfuir alors, après avoir dansé et surtout chanté, nos deux « monstres » amoureux s’envolent (presque) vraiment, dans un ciel plein d’étoiles, comme sur ces lanternes magiques qui, la nuit, nous permettaient de nous endormir et de faire de beaux rêves.

Auteur: Nathalie Saugeon

Mise en scène: Jean-Christophe Smukala

Interprétation:
L’Ogre : Stéphane Reboul
La Sorcière : Julie Rouillon
Nina et Tante Pissenlit : Anne Stösser
La voix de l’interrogateur : Jean-Christophe Smukala

Décors et accessoires : Alain Villette et Zsazsa Mercury-Cohen
Costumes : Sara Prineau
Illustration : Cynthia Matthys
Bande son : Didier Monge
Vidéo : Loïc Legrand

Excellent !
Le scénario est bien rythmé, entrecoupé de saynètes drôlissimes. On commence par faire la connaissance de deux personnages, censés flanquer la trouille aux enfants : un ogre et une sorcière. Or, le premier est plutôt demi portion que gargantuesque, la deuxième carrément
« has been ». Les enfants les reconnaissent tout de suite et comprennent qu'ils vont bien rigoler.
Les deux compères viennent d’être mis à la retraite, comprenez « au placard » et sont obligés de se recycler (cours de danse africaine, etc). Parallèlement, on suit Nina, petite fille terrorisée par Tante Pissenlit, suffisamment méchante pour jeter le doudou de Nina à la poubelle. Qui aura le dernier mot ? Vous le devinez sans doute.
Indéniablement les enfants apprécient cette comédie, certes décalée, mais variée et construite sans temps mort. Une mise en scène travaillée, avec de beaux décors, une mise en lumière intelligente font le reste. On passe un excellent moment.

lamuse.fr, Isabelle d’Erceville, le 08/04/2009

 

Une sorcière et un ogre sont jugés trop vieux pour continuer à faire peur. On les place dans une maison de retraite. Nina, elle, est obligée de subir Tante Pissenlit, une femme bête et méchante qui jette le doudou de la petite fille à la poubelle.
A priori, rien ne lie ces protagonistes. D'ailleurs, dans la première partie du spectacle, la scène est divisée en deux, un côté pour les personnages de contes, l'autre pour les gens ordinaires. Mais le destin les réunit: quand l'ogre et la sorcière parviennent à s'échapper, ils atterrissent chez Nina ... qui est ravie de les rencontrer!
Un spectacle bourré d'humour où les monstres sont délicieusement humains et où la tante est un vrai monstre.

Télérama, Nathalie Kuperman , le 15/04/2009

Jauge maximale conseillée et tranche d’âge :
- Séance tout public : 250 spectateurs ; à partir de 6 ans
- Séance scolaire : 200 enfants ; niveau primaire


Durées :
- Montage : entre 4h et 5h selon l'équipement de la salle
- Spectacle : 1h
- Démontage : 2h


Plateau :
- Espace de jeu minimum : 7m sur 6m
- L’espace de jeu doit être une surface plane (sans pente)
- Hauteur sous plafond minimale : 2m50


Son (matériel fourni par la compagnie si nécessaire) :
- ordinateur + ampli + table de mixage
- 2 enceintes + câblage


Lumière :
- Modulable en fonction du lieu (nous contacter pour plan de feux adapté à la salle)
- Matériel lumière fourni dans les lieux non équipés

Tarif :
• Modulable en fonction de la jauge et de la période
• Contactez nous ou demandez un devis en ligne dans la rubrique « espace professionnel » du site www.globetrottoirs.com


Défraiements :
• Restauration pour 4 personnes, prise en charge par l’acheteur ou remboursée au tarif SYNDEAC
• En dehors de la région parisienne : frais kilométriques (0,70 € par km parcouru au départ de Paris)
• Si nécessaire, hébergement pour 4 personnes, pris en charge par l’acheteur ou remboursé au tarif SYNDEAC

Mercredi 27 avril 2016
Centre Culturel
Saint-Soupplets (77)
(14h30)

Jeudi 19 mai 2016
École La Source
Meudon (92)
(14h30)

Vendredi 20 mai 2016
Ecole Jacques Prévert
Etampes (91)
(14h30)

Mardi 25 octobre 2016
Centre Ken Saro Wiwa
Paris 20 (75)
(14h30)

Mercredi 26 octobre 2016
Centre Ken Saro Wiwa
Paris 20 (75)
(14h30)

Jeudi 27 octobre 2016
Centre Ken Saro Wiwa
Paris 20 (75)
(14h30)

Vendredi 28 octobre 2016
Centre Ken Saro Wiwa
Paris 20 (75)
(14h30)

Mardi 29 novembre 2016
Salle Polyvalente
Quincy Voisins (77)

Vendredi 2 décembre 2016
Ecole Buisson
Morsang Sur Orge (91)

Lundi 19 décembre 2016
Centre De Loisirs Du Val
Meudon (92)

Mercredi 21 décembre 2016
Salle De Spectacle
Othis (77)

Mercredi 18 janvier 2017
Centre De Loisirs Voltaire
Asnières (92)
(15h)

Lundi 27 février 2017
Ecole élémentaire
Liancourt (60)