Contact : Aude De Rouffignac
138 quai des Lices
84210 PERNES LES FONTAINES France
Tel : 06 09 15 50 95
Email : uncailloudanslafontaine@sfr.fr >

Le site officiel : Cliquez ici >
Chargé/e de diffusion : Sabrina Auger
tel :06 84 12 55 32
Email : sabrina.uncaillou@gmail.com
Type de lieux pour ce spectacle: Structures culturelles et festivals | Ecoles et centres de loisirs | chapiteau | crêches, structure petite enfance | Bilbiothèques

Des cheveux qui se disputent, une petite fille tellement verte qu'on la prend pour un ange des bois, des gens qui vivent dans une ampoule ou encore un arbre qui pousse au milieu d'une chambre : ces histoires d'enfants sont drôles, souvent douces, parfois étranges. Avec l'aide de quelques accessoires – ampoule à éclairer, perruque aux longs cheveux sombres, chaise un peu trop haute pour laisser les pieds se balancer et la tête respirer - , les deux personnages invitent à partager leur univers plein de tendresse et de poésie.

« Je travaille depuis plus de 10 ans avec Hervé, comédien. J’aime ce que dégage son corps en jeu. J’ai découvert son univers graphique dans les dessins qu’il faisait à toute occasion : en loge avant de jouer, sur les courriers que parfois je recevais de lui. Il y avait le plus souvent des poissons, d’étranges personnages dans des univers très singuliers.
En ce qui concerne les histoires, celles publiées ensuite dans les livres, elles émanent de la même personne et je n’ai pas été surprise qu’elles lui ressemblent : décalées, fantasques, souvent douces, penchées sur ce que le vivant a de petit : petites bêtes, insectes. Pour les humains, ils y sont assez naturellement poètes, parfois sans le vouloir. Poètes dans le regard, poètes par l’imagination, en cela très proches de certains enfants silencieux et créatifs, délicats.
Dans les histoires choisies pour le spectacle, il est question d’une fille verte, de gens dans une ampoule, d’un arbre qui pousse dans une chambre, d’un enfant si maigre qu’il intègre un aquarium de phasmes, de cheveux qui se disputent, d’un loup, d’une plume de poule perdue…
Dans « Les disputes de cheveux », ceux-ci dansent, chatouillent et font leur vie. Ils révèlent l’espièglerie et la tendresse enfouies. Comment par ces extrémités que sont les cheveux du héros, la fantaisie s’échappe, déborde pour l’amener à découvrir ceux qui l’entourent.
La scénographie est légère, évocatrice. Il y a une chaise un peu grande parce que, quand on est petit et assis sur une chaise, il y a une chose chouette, c’est que les pieds ne touchent pas par terre. Alors ils se balancent, libres. Et on dirait que la tête s’en trouve bien.
Quand on est grand les pieds nous enracinent : pour autant, la tête est-elle moins pleine de rêves et de visions ? 
Caché sous, caché dans, derrière, monter dessus »

Aude de Rouffignac, metteur en scène et comédienne

                                                     

Jeu: Aude de Rouffignac et Hervé Walbecq

Mise en scène: Aude de Rouffignac

Construction et création lumière: David Hanse

Costumes: Patricia Vautrin

Accessoires: Marina Pujadas

Régie: Julien Poupon

« Hervé Walbecq a grandi dans une ferme et a toujours été proche des animaux. Enfant il en a apprivoisé un grand nombre. Un oiseau a même vécu en liberté pendant six ans dans sa chambre d’enfant. Sans doute lui a-t-il soufflé son univers de mélancolie et de rêve présent dans ses recueils ».
L’école des loisirs, 2012

Les textes d’Hervé Walbecq… « émanent d’un je dans la chambre duquel tout est prétexte à « étrangement », terme inventé par Victor Chklovski pour décrire la perte des références habituelles. La chambre est le lieu de tous les fantasmes enfantins, c’est là que se cachent d’étranges créatures, que naissent les monstres de la nuit…
Les enfants reconnaîtront avec plaisir tout ce que leur propose l’auteur : dans la chambre de l’enfant des villes, ces irruptions parlent d’une nostalgie certaine d’un espace plus naturel… Le quotidien s’est perdu dans l’imagination inventive de l’auteur ».
CP – CM2 L’école aujourd’hui, avril 2012. Marie José Minassian

« En me réveillant, j’ai aperçu une branche tout contre mon oreiller, je me suis baissé pour la ramasser, j’ai tiré dessus mais alors une grande tige est sortie du sol ».
La chambre devient le lieu de tous les possibles : la nature y reprend ses droits, le vent s’y réfugie, les ampoules sont des lieux de vie…
En littérature jeunesse, il est rare de trouver un ouvrage renfermant autant de poésie et d’originalité. L’auteur a su faire la part belle à l’imagination et toucher chaque lecteur en n’utilisant que des objets du quotidien comme héros de ses histoires. Ainsi, sans quitter notre chambre, ses récits nous permettent d’accéder à un autre monde grâce à la musicalité du style employé. La simplicité est en parfaite adéquation avec le contenu du texte…
La cause littéraire, janvier 2013, Virginie Neufville

La chambre, cet espace clos de murs, qu’on croit connaître par coeur, dissimule bien des rêves. Des envolées où l’imagination est reine. Un arbre sous le lit, et un loup bien sûr, en mal de câlins...
L’imagination habite la plume de Hervé Walbecq. Elle part d’un rien et en fait un vrai monde à part, à part entière. Il dit davantage découvrir ses histoires que les créer et on veut bien le croire, tant le fil semble magique, tellement fantasque et déroutant. Mais sa force est d’entraîner, et on le suit avec ravissement. Et les choses, même les plus simples, se regardent autrement !
le monde.fr, décembre 2012, Anne Loyer 

Possibilité de s'adapter à des salles non prévues pour des spectacles : écoles, bibliothèques, médiathèques avec un jeu de lumière réduit et une scénographie plus légère. 


- ouverture : 5 mètres - profondeur : 5 mètres - hauteur : 3,8 mètres


Matériel technique à fournir pour les théâtres
Nous avons besoin pour effectuer le montage du spectacle des matériels suivants :


- 1 table lumière (AVAB PRESTO 40 ou 60 circuits) - 8 PC
- 4 Découpes 
- 1 console Yamaha 01 V96 ou équivalent
- 2 enceintes façades type Nexo PS8 ou équivalent - 1 lecteur CD avec auto-pause


Le spectacle reste adaptable, n’hésitez pas à nous consulter.


Jauge: 100 personnes